Menu Fermer

« Une bonne introduction »

u12-haut-rhin-coupe-de-france-des-departements-senlis

Le MWP (N2) commence sa saison 2010-11 par un léger revers à Nice. Le club haut-rhinois s’est incliné 11-9, samedi, dans les Alpes-Maritimes. Pour autant, il n’est pas mécontent de son week-end, bien au contraire.

Jean-Claude Meyer s’attendait au pire, en voyant ses protégés partir pour le sud de la France. Samedi soir, le président mulhousien a pourtant été agréablement surpris. « En partant, on ne nous a pas demandé la lune. Quand j’ai appelé le président, il a été content du résultat obtenu », précise François Klein, l’entraîneur des poloïstes. Klein: «On les a sacrément embêtés»

Qui aurait pu prédire que le Nicaea WP, disciple de « l’usine » qu’incarne son grand frère, l’Olympic Nice Natation, et qui a failli monter en Nationale 1 l’an dernier, ne serait pas un adversaire si redoutable que cela ?

François Klein, au lendemain du match, tient ces propos : « Nice ne nous a jamais réellement inquiété, ni dispersé. Même s’ils étaient toujours devant au score, on les a sacrément embêtés. » 3-3 dans la première période, 3-3 dans la dernière.

Nice, pas impressionnant pour un sou ? « C’est évident, ils ont du métier, de la technique. Mais ce n’est pas une équipe « lourde », il n’y pas de gros gabarits. On les a joué en grand bain et on a tenu. Ce n’est pas sur le physique que cela s’est joué. » Selon le coach d’ici, la différence s’est faite « sur le manque de lucidité » de ses joueurs. Pour le reste, c’était juste « du polo viril mais pas méchant ».

« Tactiquement, nous ne sommes pas mauvais, sauf en « zone plus ». Nous avons dépensé trop d’énergie pour faire sortir Nice du rang, et nous le payons sur le score final. » C’est aussi cela, le fossé entre la N3 et la N2. « L’erreur coûte cher. C’est le seul bémol : on leur offre trois buts cadeaux. »

Et pourtant, François Klein pense que ses garçons peuvent encore progresser. Ce sera le leitmotiv de cette année. « C’est une bonne introduction. Je sais parfaitement que nous avons de la marge. Ce n’est pas la rigueur mais l’expérience qui a manquée. Car malgré tout, on fait preuve d’un bon équilibre sur le repli défensif. » Ce qui a permis à Nunzio Iraci, leur gardien, de ne pas trop encaisser de points.

Le retour à la maison de Mathieu Zumbiehl, ancien entraîneur du MWP et marsouin hors pair, n’est pas non plus étranger aux événements du week-end. « Il a un impact positif. Il n’a pas seulement de la bouteille, il est juste bon dans ce qu’il fait. Et cela va nous manquer sur les sorties où il ne sera pas présent. »

L’arrivée du jeune Colmarien Sébastien Viriot (19 ans) a également permis à Mulhouse de se renforcer avant l’entame du calendrier. François Klein vient relativiser leur apport du week-end, pour la forme : « C’était un travail collectif, tout le monde a compté. Et nous n’avons pas eu de points morts. »

Les Mulhousiens comptent mordre dans la Nationale 2 à pleines dents. « Après cet été, on reprend avec de la pèche, c’est une satisfaction. On fait preuve d’un bon mental dans l’eau. » Reste à confirmer ce dynamisme dès samedi, à la piscine des Jonquilles.

Mulhouse y reçoit un autre maître du polo, à savoir Lyon. Invaincu la saison dernière, cette équipe n’a pas pu monter en N1. On y trouve des joueurs expérimentés d’élite. François Klein s’interroge, n’ayant reçu pour l’heure aucune information en provenance de Rhône-Alpes : « La structure lyonnaise, c’est l’inconnue. Vont-ils venir ? Sont-ils vraiment engagés cette saison ? » Mystère. Pierre Gusz

P.G. – DNA- Photo Cathy Kohler