« Pas les mêmes armes »

il-manque-du-muscle-a-mulhouse-photo-dna-cathy-kohler
Samedi soir, le Mulhouse Water Polo (N2) s’est incliné à Colmar (21-6).
Même si en sport, rien n’est jamais joué d’avance, la défaite semblait alors logique. Le Mulhouse Water Polo fait figure de Petit Poucet dans ce championnat de Nationale 2.À Colmar, il n’y a pas eu photo. C’est simple, les Mulhousiens ne jouaient pas avec les mêmes armes que leurs homologues colmariens.« Nous avons dix ans de moins et puis les joueurs que nous affrontions étaient expérimentés », souligne Ludovic Nathan, l’entraîneur du Mulhouse Water Polo.Impossible de comparer les deux adversaires du soir : « Colmar recrute de gros joueurs, nous, nous nous inscrivons dans une logique de formation », lance le coach Nathan.Chaque match est un apprentissage, la défaite relativisée : « Une déception ? Oui et non. L’essentiel, c’est d’en comprendre les raisons. Alors, les défaites sont bonnes à prendre. Elles nous permettent de progresser. »
Un problème de gabarit et d’expérience 

Et puis il y a ces détails contre lesquels les Mulhousiens ne peuvent pas lutter. Le gabarit en premier lieu. « Ils doivent engranger de l’expérience mais surtout travailler, travailler, travailler. Ils doivent également accumuler les matchs. Cela se voit, ils en ont peu dans les pattes… »Ludovic Nathan n’est pas arrivé à Mulhouse pour permettre au MWP de décrocher le titre. Encore moins dans l’optique de monter. « Je travaille sur un projet de deux, trois ans. Mon rôle est de combler les manques », explique-t-il.

« Je suis venu apporter ma méthode, celle que j’ai apprise dans le Nord-Pas-de-Calais. C’est une vraie terre de water polo. J’essaie de transmettre à Mulhouse cette culture-là. »

Une ambiance de travail studieuse puisque les poloïstes enchaînent désormais les kilomètres de natation : « Nous travaillons énormément le physique. Là-haut, les poloïstes sont de gros nageurs. » Au menu : quatre kilomètres par entraînement. « Les élites, aux, nagent 25km par semaine ! » Voilà deux mois que les Mulhousiens se sont remis à la nage. « J’ai l’intention d’augmenter le volume de 10 % par an », prévient Ludovic Nathan. Il n’y a pas de secret, un bon poloïste est également un bon nageur. Les Mulhousiens n’y couperont pas. « Ils ont envie de travailler même si je sens qu’ils sont surpris par mes méthodes », lance l’entraîneur avec malice. Réguliers à l’entraînement mais encore peu habitués aux longueurs de bassin, les Mulhousiens ont pour eux la fougue de leur jeunesse. « Ils ont du jus, lance Ludovic Nathan. La seule manière dont dispose cette équipe pour sortir son épingle du jeu, c’est le déplacement.

« Ils ne rivalisent pas encore dans le combat physique. Ils sont trop légers. Certains ne pèsent que 60kg… » Une recette qui peut pourtant faire des miracles puisque les Mulhousiens sont parvenus à s’imposer 8-12 face à Thionville.

Les Mulhousiens à la nage

Jeunesse mais aussi insouciance sont les principales alliées des Mulhousiens. Ludovic Nathan remarque : « C’est cette insouciance qui leur permet de créer la surprise… » Prochain match, le 12 novembre, à domicile face à Val d’Oise mais avant, de grosses séances d’entraînement sont d’ores et déjà programmées, vacances oblige. « Jusqu’à mercredi, j’entraîne les poussins mais après cela, je m’attacherai à leur fournir leur dose de physique ! Il faut profiter de ce genre de période pour les fatiguer. »

Émilie Jafrate – DNA – 25 octobre 2011