Une première bougie et beaucoup de prouesses

Au moment de souffler sa première bougie, le Mulhouse water-polo peut tirer un fier bilan d’une saison réellement exemplaire.

Autrefois, cinq clubs mulhousiens jouaient au water-polo. Puis il y a eu la création du MON dans les années soixante, et le ralliement des poloïstes à cette bannière unifiée. Enfin, et pour régler divers problèmes administratifs, on a porté sur les fonts baptismaux l’an dernier le « Mulhouse water-polo ». Ce MWP, dirigé et illustré par les mêmes passionnés que le MON d’antan, a réussi une première saison de toute beauté. Tombés en Nationale 3 il y a plusieurs saisons, les poloïstes mulhousiens ne sont toujours pas remontés mais, avec une équipe particulièrement juvénile, ils sont sortis en tête de leur groupe, n’ont échoué qu’en barrage d’accession et, surtout, se sont illustrés dans toutes les compétitions de jeunes. Tout ceci dans le difficile contexte créé par les problèmes de santé de l’entraîneur Mathieu Zumbiehl qui ont nécessité la remontée en ligne des cadres techniques historiques du club, Thierry Estèbe et Jean-Luc Krempper, appuyés par Lucas Peter pour ce qui concerne la formation des plus jeunes. « C’est une formule qui a finalement très bien fonctionné, note le président Jean-Claude Meyer. Nos joueurs ont apprécié, et cela se vérifie maintenant encore puisque, même s’il n’y a plus de championnat en cours, ils viennent toujours aussi nombreux aux entraînements. La saison prochaine, c’est un autre duo qui dirigera le MWP : Thierry Estèbe, très pris par ses responsabilités à la Camsa, passera la main à François Klein, qui a joué chez nous, ainsi qu’à Strasbourg, a été un temps notre responsable technique, et évoluera en duo avec Jean-Luc Krempper. »

La montée au programme

Et donc, la nouvelle saison se présente bien. « Nous n’avons aligné presque que des minimes et des cadets ces derniers mois, rappelle Thierry Estèbe. Il était donc assez logique que nous ne soyons pas parvenus à monter en N2. Par contre, cette montée devient pour le prochain championnat un objectif crédible. Nos joueurs ont tous tâté de tous les niveaux de compétition, ils ont un an de plus, et ils verront revenir quelques excellents collègues comme Laurent Krempper, de retour de Colmar, et probablement Samuel Mimau, un excellent gardien de but. » En tout cas, ce championnat de N3 qui ressemblait fort à un pensum ces dernières années, va redevenir passionnant. Un nouveau règlement y impose la présence des réservistes des clubs les plus huppés, et le MWP va donc pouvoir se mesurer à Colmar, Nancy, Chenôve, Strasbourg, Thionville, ainsi qu’à Neufchâteau et Belfort. De quoi éviter cette situation absolument incroyable : la saison dernière, le tout jeune Nicolas Estèbe (qui vient d’être admis à l’Insep et jouera donc en N1) a disputé 46 matches et Lucas Peter, l’un des seuls seniors du groupe, n’a pu en jouer que… huit. On se rappellera en tout cas que pour sa première saison sous l’appellation « MWP », le water-polo mulhousien est allé en barrage d’accession, a fourni sept joueurs sur douze à l’équipe d’Alsace qui a pris la septième place du championnat de France cadets, a décroché les titres de champion de la zone Est en cadets et minimes, et s’est classé 2e de la zone en benjamins. Au fait, qui dit mieux ?

L’Alsace – 4 juillet 2008