Menu Fermer

Une belle victoire

Nicaea, c’est du gros. L’afficher à son tableau de chasse, cela vous classe parmi les bons. La « perf » amène le sourire à cette bande de gamins, à qui l’un et l’autre anciens donnent la main pour traverser le bassin. Elle ne s’était encore jamais payé pareille victoire, face à mieux classée qu’elle.« Cette victoire est une surprise », note l’entraîneur maison, François Klein. Elle n’est pas pour autant volée. Derrière, Mulhouse a su maîtriser son adversaire, le presser partout, sur chaque ballon et étouffer son jeu. Avec une pointe privée de bien de ses ballons habituels, ce Nice-là n’a pas eu son rendement habituel.D’entrée, les Haut-Rhinois recollent au plus vite au score (1-1 puis 2-2) avant de prendre l’avantage, jusqu’à 5-2. Pour y arriver, le gardien local y est pour beaucoup. Il arrête un pénalty – « Ça nous a mis la tête à l’envers », confie un Niçois après coup –, gagne plusieurs duels et fait la nique à bien des offensives azuréennes. D’Hervé est son nom et Nice l’a appris à ses dépends.

Tant pis pour eux. Tant pis pour eux, aussi, si l’arbitre leur oublie un but à 7-4. L’arbitre devait regarder ailleurs et cela arrange bien Mulhouse. Cela l’aide à terminer le deuxième « quart » avec un avantage au tableau d’affichage (7-4). Les « p’tits gars » d’Alsace tiennent encore la baraque, ils ont encore assez de patate pour cela.

La baisse de régime arrive alors, les contres de Nice se font plus incisifs et Mulhouse tire la langue. Son manque de gros bras pour les tirs extérieurs se fait sentir. Les pichenettes d’Oudin ne peuvent pas tout. Les Niçois reviennent au score (8-8), prennent les devants (8-10) et le match en mains. Les locaux ne parviennent plus à bloquer les mouvements adverses, ils ont du mal à suivre ces tirs partis de loin et qui font mouche trop souvent (9-10 au troisième « quart »).

A s’accrocher sur chaque balle, se battre sur chaque mètre cube de flotte, les Mulhousiens font devenir chèvres ces Niçois qui en ont marre d’être ainsi marqués au slip de bain. Devant, les joueurs d’ici savent mettre du mouvement pour compenser le manque de gros bras (malgré les buts signés Amemouton) et se placer tip top pour des tirs de près. L’équipe a même le 13-12 sous la pogne mais le ballon stoppe sa course « sur la ligne ».

Ce but-là arrive bientôt, signé Amemouton, Thimothee de son prénom. « Dans la difficulté, mes joueurs n’ont rien lâché. En face, il n’y avait pourtant pas une équipe de novices. »

Mulhouse s’offre sa quatrième victoire de la saison, après un doublé contre Aix et un dernier face à Annonay. Il pourra démarrer la deuxième phase, en mai, avec un succès en poche.

MULHOUSE 13
NICAEA 12

Illberg. Périodes : 2-2, 5-2 (7-4), 2-6, 4-2. Arbitres : MM.Lebon et Mourot.
Mulhouse : Schmitt 1, Amemouton 4, Moroni 1, Lantz 1, Peter 1, Zumbiehl 1, Oudin 4.
Nicaea : Domer 2, Oliviero 1, Bouhlal 2, Giustiniani 3, Aubert 4.
S. Ba. – DNA – 19 avril 2011