Légers mais motivés

malmenes-contre-colmar-les-mulhousiens-bonnet-noir-auront-une-nouvelle-fois-fort-a-faire-dans-leu

Après une « microcoupure », les Mulhousiens de Ludovic Nathan reprennent le chemin des bassins. Ce soir (20h), ils reçoivent l’équipe de Val d’Oise. Un match qui se disputera en petit bassin, à la piscine des Jonquilles.

FACE À VAL D’OISE, LES 3 E DE LEUR POULE, les Mulhousiens ne partent pas favoris. Tous en ont conscience : « Nous serons légers, glisse Ludovic Nathan, l’entraîneur maison. De ce que j’ai pu entendre, en face de nous, il y aura du gros gabarit. Entre 10 et 15kg de différence au moins. »

Une différence qui, dans le bassin des Jonquilles, se transforme en véritable handicap : « Le seul atout de notre effectif, c’est notre vitesse d’exécution, de pouvoir monter haut. Depuis que l’Illberg est en travaux, nous sommes condamnés à jouer aux Jonquilles, dans un bassin de 25m, ce qui avantage les gros gabarits. À l’Illberg, nous avions l’avantage parce que nous parvenions à déplacer nos adversaires… »

Un statut d’outsider

Autre mauvaise nouvelle : le départ de François Behr. « C’était un joueur du sept. Il jouait en défense/pointe. Un gros combattant avec un bon gabarit. Nous perdons un élément important en défense, que je ne peux pas remplacer… »

Mais les Mulhousiens sont maintenant habitués à ce statut d’outsider qui leur colle à la peau depuis quelques saisons déjà. Un statut qui leur permet également de créer la surprise. Ludovic Nathan ne part pas battu d’avance : « L’équipe est jeune. Comme tout compétiteur, les joueurs ont envie de gagner mais ils sont complètement lucides et ils savent qu’ils doivent encore beaucoup travailler. »

Côté adversaires, seuls Colmar et le Racing Strasbourg semblent réellement intouchables. « J’en avais coché trois comme difficiles : Colmar, le Racing et Val d’Oise. Mais de ce que j’ai entendu, le Val d’Oise devrait être prenable. Niveau effectif, c’est un groupe qui ne se déplace pas bien. »

Juste pour l’envie de jouer ensemble

Et puis même face à Colmar, les Mulhousiens ont été capables de remporter une période : « Nous prenons match après match, notre objectif s’inscrit sur trois/quatre ans, pour le moment nous avons la tête au travail mais il faut tout de même maintenir un discours conquérant. Je fixe à mes joueurs des petits challenges, même si ce n’est que sur une ou deux périodes. » C’est comme ça que les joueurs de Ludovic Nathan se sont imposés sur la deuxième période.

Même s’ils ne jouent jamais les favoris, les Mulhousiens parviennent à garder le moral. Et c’est ce qui plaît au coach Nathan : « Je ne suis là que depuis trois mois mais eux se connaissent depuis longtemps. Ce sont des copains qui ont envie de jouer ensemble », lance-t-il d’un ton satisfait.

Une envie qui maintient le petit poucet de cette Nationale 2 à flot et qui peut même accomplir des petits miracles.

Emilie Jafrate – DNA – 12 novembre 2011 – Photo Nicolas Pinot